La fille aux "Léxande"

La fille aux "Léxande"

Messagepar Monique » 11 Nov 2014 12:06

25/05/2009 - Auteur : Bernadette Moy

Il n'est toujours facile d'avoir des enfants !!!!

D'après les poêmes de Hubert GOUVERNEL
A TEMPS PARDU
LA FILLE AUX « LÉXANDE »


Su nout’ vieux âge’, anq’ la Mélie,
J’atains pour être hureux brâment,
V’allez ben di’ qu’c’est d’la folie,
J’avons avu enne aute enfant !
Enn’ ganette, enne ch’tit ganette,
Qu’atait pas pus groûss qu’un niron,
Qu’est m’nue anque l’yab’dans la tête
Et qui f’ra queupart ben rin d’bon !
J’v’lains n’en fée enn’ maîtress’ d’école,
Suffit qu’j’avains l’moyen un brin,
Mais a fasait qu’ la cabériole.
Tête au vent quoué ! qu’apernait rin.
Un souèr, pourtant, v’là qu’à s’amène
Ah c’té foué j’vâs vous épater,
Dit’pus qu’j’apprends rin, à c’té semaine
On nous a appris à voter !
Dés chous’ coum’ çà c’est-y pas trisse ?
J’fais : tu r’tins mieux ceux bêti’là
Qu’tes l’çons et pis ton catichisse.
Tu vas êt’ben jopée anq’cà !

Après, j’lons don mie en coutue
Croiyant qu’a yarait pris du goût
Cheux enn’ coutuyée ben connue,
A fasait encô rin du tout,
Quion qu’vous v’lez, sa pus grande ôvrage
Ç’atait d’ danser c’té charleston ;
Après six mouais d’apprentissage
Pas foutu’ dé m’coude un bouton !
Pis, c’est qu’yavait rien à yi die
Sans r’cévouèr sès insolations,
Dés foués, j’fasais à la Mélie :
L’yab’ m’allum’, là-vou qu’à d’sort don ?

J’L’avains fait app’ler Léxandrine
Mais i yi com’nait pâs c’’nom là,
Vous savez-ti, la ch’tit guerdine,
A v’lait s’app’ler : Léxandrina !
Ah ! j’dis : Tais’ to don ma poûr fille,
On nous arait pris pour dés fous,
Un nom coum’çà dans nout’ famille,
Tu voués ben qu’on s’foutrait trop d’nous !
Pis, t’as pas bésoin d’fé l’tapag’
Si çà l’a l’air dé t’defriser
V’là bentoût qu’ tu vas ête en âge
T’aras qu’a té r’fé baptiser !

Quand cé qué j’yach’tons pas enn’robe
Assez chée, éj’ sons dés vieux rats ;
A dit qu’a veut suiv’ la grand’ mode
Et pis qu’nous j’rest’rons dés bourats ;
A l’en emplèy’ dé la peinture,
Du roug’, d’lieu d’colonn’, du libin ;
A s’en apauch’ su la figüe
L’déquoué d’fé tôrner un molin.
Après, anq’lés aut’çà s’proumène,
Qu’l’ôvrage presse a s’en fout pas mal,
Yarrait sept dimanch’ alle irait au bal.
D’lés vouèr virmarionner, poûr geusses
Tous lée ans i m’en crésillons ;
Alle osont appéler çà dés danses
Çà r’semb’ putoût… lés convulsions !
Ya ben l’déquoué fout’ l’apouvante !
Après çà, atonnez vous don
Qu’à s’dépend’lont la touèl’ du vente
Et qu’yeu faut enne opération !

Pour en r’veni à la Yandrine,
Dépis quioqu’ temps a ch’chait su pieds,
J’y fais : Quion qui t’tint ch’tit’ mâtine ?
P’pa, j’veux m’marier, pis j’veux m’marier ! !
J’ créyais qu’ç’atait anque el’Patenne
Mais non, da, un ch’tit empléyé
D’magasin d’la « Saint’Maritaine »
Qu’atait ma foué ben arreuillé.
Mais dam’, dés ch’tit’ jamb’ pas apaisses
Aussi méguerlin qu’un cabri,
D’la mine à pus près coum’ ma fesse
Pis d’l’appétit coume un lobri.
Un gâs qu’avait enn’ grand’ quignasse,
Rasé, dés aries lés pleins doués ;
Qui puait l’ôdeur coume enn’poufiasse
Qui qu ‘ç’atait ti ben qu’çà ? rin quoué !
J’avais biau die : enfant pardue
Quion qu’t’en veux fé d’ton gringalet ?
J’cré qui yavait froumé la vue
Al’ vélait et pis al’vélait ! !
L’pus pis, c’est qu’sa mée imbicile
A l’tait censément d’soune évis !
Songez don, un monsieu d’la ville.
Qu’allait m’ner sa fille à Paris !
Qu’alle est berlaud’ c’té poûr Mélie.
Sans moué, ben v’là c’qu’alle avait fait
Pour qué sa ganette à s’marie
A prenait l’proumier chien couéffé !
Çà fâch’ dé vouèr enn’ chous’ pareille
J’yeu z’ai timbé su’ l’ casaquin
Et pis si ben sécoué la meïlle,
Qu’a n’en l’taint pus roug’ qu’un berlin
A t’embarrass’ don ben ta fille ?
Méli, qu’té l’envoyes à c’Paris,
Pour qu’a r’venne anvec sa guénille
Pis deux vou trouais p’tits à nourri…
Et pis j’fais : toué, ch’tit’ catomonaise
A la Xandrine qui s’met d’brailler,
Tu rest’ras fée enn’ Sançargonaise
Et pis t’aras biau t’tortiller !
L’empléyé d’la Saint’Maritaine
Laiss’lu don vend’ son calicot,
Mais j’veulons qu’ tu rest’ au domaine
Qu’est Et pour çà c’est l’Patenn’ qué t’faut
V’la là qu’j’en sons anq’ nout’ ganette.
Si j’amais à d’mand’ vout’évis
J’vous proumets qu’vous s’rez tous d’la fête
Arr’tez la d’courir à c’Paris ! !
Monique
 
Messages: 238
Enregistré le: 03 Nov 2014 19:09

Retourner vers Culture et traditions

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron