La Chasse

La Chasse

Messagepar Monique » 11 Nov 2014 08:40

10/09/2008 – Auteur : Bernadette Moy

Les vacances sont finies, l\'automne arrive et avec elle, pour certains le plaisir de la chasse, voici un récit concocté par Hubert GOUVERNEL
Qui se sent concernés ?? non pas vous, chasseurs habiles ....


L’OVARTURE D’LA CHASSE

Ah ! c’té foué , d’main i s’ront hureux,
Tous ceux espèc’ dé chassoyeux,
- J’ devrais putoût dii’ : bornaudeux.
Qui vont s’en m’ni fé l’ôvarture ;
Dailler coum’ dés poûr engarés,
Pitrer nos fourrag’, nos garets,
Afouailler l’aumail’ dans les prés,
Pis fé dés muss’ dans nos bouch’tues !

N’en v’la du temps qu’ils apprêtont
La gillouée aug’ la poude et l’plomb,
Lacarnassiée, et qui deissont
Yeu chien, Dodor, apporte, apporte…
Graissont yeus souyers, yeus artouts,
Pis s’renseignont un peu partout,
Vouêr si ya du gibier biaucoup.
- Faut qu’çà la magne, el’ yab’ m’emporte.

V’entendez-ti e’baheurlement,
Ceux nuit là ? Qu’c’en est assoumant !
Cé les chiens qui sentont l’moument
Qui vont trinquander auq’yeu maîtes ;
I’s doutont pasdé c’qui yeu r’vint,
Si d’main les chassaillons tuont rin,
Çà s’ra d’yeu faut’ - cé ben çartain,
Mon ieu qué j’les plains les poûr bêtes !

J’en connais d’ceux chasseux cossus,
Qu’ont dés fu-ils d’un mille écus,
Et qui sont pas soument foutus
D’ataupi un, lapin d’garenne ;
Dévant qué l’pé Pierrot cheux nous,
Anvec enn’ s’ringu’ dé quarent’sous,
Qué l’plomb i jill’ par les deux bouts,
I n’en jab’ enn’ demi-douaine.

Quand yen a quate à n’un paquet
En train d’ayuser yeu caquet,
Auq’ les biaux coups faits vou manquiés,
Pis qué j’sés là qué j’les acoute ;
Çà va ben pendant un moument,
J’ fais semblant d’cré yeu bonniment ;
Mais j’sés obligé d’fout’ mon camp,
D’les entende éj’ sus à grouss’ gouttes !

R’gadez vouèr ceux cont’qué çà la :
Moué, j’tir’ coum’ci : moué, j’tu’ coum’çà,
Et patati et patata ;
Moué, fut vouèr coum éj’ dépendelle
Tout c’qui pass’ dévant mon fu-i,
Les yeuv’ - i l’avont biau couri -
Les lapins, les caill’, les pardrix,
Les bégass’ et les can’ pétrelles.

Moué, l’an dergnier, j’pars drés l’matin,
- Historier d’m’ fé les jamb’ un brin -
J’tir’ dés pardix, qui qui timb’ ? Rin !
Mais ya un boussiau d’pleum’ qui vole !
Coum a d’valaint vê nout’ maion,
J’y cours ; et qui qué j’voué, mon bon,
Trouais pardrix, - c’est pas à cré, non -
Timbé’, pleumé’ dans la castrole ! !

Enn’aut’ : Jé m’souvins qu’en r’venant
I m’part deux yeuv’ en s’acartant,
I’ envoy’mon coup en drillotant
I mordont tous deux la poussiée !
Enn aut’ : J’ai fait encor’ ben mieux,
Un yeuv’ vint, j’y creuv’ les deux yeux ;
I m’nait toujou’, j’m’abong’ mon vieux,
I saut dret dans ma carnassiée ! !

L’ long d’la rivié, dans l’bas d’mon pré,
V’là Minos qui timbe en arrêt,
J’ m’en doutais, j’atais là, tout près.
Lu v’là qui plonge - Il a du vice -
Jé l’voyais plus, jé l’ créyais mort !
Un quart d’heure après, su l’aut’ bord,
Lu v’là sortu - çà c’est l’pus fort.
Auq’ enn’ carpe et douze équervisss ! !

Et toujou d’pus fort en pus fort,
Pareil coum’ cheux la Léonor,
Quand yeun a pus yen aencor’ !
- Faut-y les blâmr vou les plaindre ?
Quand on saura l’biau résultat :
Acamandé Tom et Rita,
Tussé pour un yeuv’ un poûr chat,
Pis fait comben d’aut’ tours dé dinde !

L’pus trin’ cé quand yeu femm’ el’ souèr
A dit : c’té chass’ allons, fais vouèr ?
T’es pus plat qu’un battant d’armouèr !
Tu voués toujou ben qu’cé d’la farce !
Rappell’ toué don qu’l’anné’ dé d’vant
Tu m’rapportais enne engoulvent,
Enne ouasse anver un grous chavan
Mais c’t’année’ rin ! pas enne éparse ! !

Mon poûr émi, mon poûr ami ,
Calcul’ vouèr, anq’ l’argent qu’ t’as mis,,
Amprès ta s’ringue et tonparmis,
Tes amounitions et tes guêtes ;
(Eh ben, t’as pas aréponner)
J’arais pu m’avouèr un bonnet,
Ach’ter des souyers au ganet,
Pis des d’vanquiers à tes ganettes.

Faura tâcher dé m’fout la paix !
t’as ti bentart fini d’japper
Sans raison ? Paiss’ moué t’attraper,
I’ m’en vas t’en foute arrié d’l’éparse !
C’qué j’m’écup’ dé c’ qué tu fais toué ?
Si cè qu’ t’ es jalouis amprès moué,
J’veux t’en payer deux, ma grand foué
Des parmis, vieill’ tonnerr’ dé garce !

Çà l’empêche’ pas qui s’ront hureux,
Tous ceux espèc’ dé chassoyeux,
- J’devrais putoût di’ : bornandeux -
Qui s’apprêtont pour l’ôvarture ;*
J’ons encor’ pas fini d’jurer,
D’lés vouèr tout foultager, pitrer ,
Apiatri nos blett’, nos garets,
Pi fé des muss’ dans nos bouch’tues,

Moué, j’song’ qu’avant d’fout un parmis
A n’un tas d’gas afaubertis,
Qui p’taillont, pas soument dévis,
Sans vouèr si ya vou non du risque ;
L’ govarnément i devrait ben,
- Pour vouèr si l’ont pas un p’tit grain -
Yeu féé passer enne examen
Pis la çarvelle aux rayons isque ! !

En attendant qu’ çà venn’ démain
Renfroumons nous, çà s’ra pus sain
Qu’ d’aller l’ver l’nez au long d’un ch’min,
Risquer d’trouver ceux bêt’ dang’reues ;
Pasqu’auterment qué d’çà parié,
Ya des chanc’ d’ rapporter arrié,
Un biau coup d’ fusil dans l’ derrié
Auqu’ enn’ grouss’ maladi’ gnéreue….

chasse-2millenaire.jpg
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Modifié en dernier par Monique le 18 Nov 2014 18:42, modifié 1 fois.
Monique
 
Messages: 238
Enregistré le: 03 Nov 2014 19:09

Retourner vers Culture et traditions

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron