L' École

L' École

Messagepar Monique » 11 Nov 2014 08:28

15/06/2008 – Auteur : Bernadette Moy

Voici un texte de Alain JACQUOT-BOILEAU qui replongera bon nombre d 'entre-nous dans des souvenirs bons ou mauvais ... C'est selon si nous étions bons ou mauvais élèves !!!
Quoique, je pense que nous sommes tous bons, mais chacun à sa manière ....


Au temps de l’encre violette..

Instituteur, quel drôle de nom… Ce mot vient du latin institutor « celui qui administre », dérivé du verbe instituere qui veut dire fonder. Succédant aux termes de écolêtre, recteur, précepteur, régent, maître, l’instituteur français est, depuis 1792, celui qui institue la République.
Sanglé dans sa blouse grise, il a un geste de la tête et un mot gentil pour chacun. S’il est craint, il est aussi aimé de ses élèves et, si le regard qu’il pose sur chaque petite tête est inquisiteur, il est aussi bienveillant.
Conscient de l’importance de sa mission, il se veut le défenseur des libertés et préceptes républicains. Il incarne donc aux yeux de tous, non seulement le savoir, mais aussi le gouvernement de la République. Son rôle est avant tout de former le citoyen et il a pour charge d’apprendre de chaque matière ce qu’il n’est pas permis d’ignorer.
En retour l’enfant bien élevé respecte son maître ou sa maîtresse à l’égal de ses parents. Il leur obéit avec plaisir, sachant que ce qu’ils lui imposent est juste et bon. En ce temps là, l’enfant est poli…
Au coup de cloche, les jeux cessent. On attrape son cartable et on court s’aligner. Le raclement des sabots et les derniers rires étouffés empêchent un silence qui serait parfait. « Avancez… et en silence ! »
Arrivés en classe, chacun regagne sa place. Le maître passe dans les rangs pour contrôler la propreté des mains. Gare aux ongles noirs et aux doigts souillés de terre ! La règle claque sur le bureau : « Asseyez-vous… en silence ! » La classe peut commencer.
« Bien mal acquit ne profite jamais », « Plus fait douceur que violence », « L’homme ignorant gagne difficilement sa vie », « L’oisiveté est la mère de tous les vices ».
Chaque jour, dans le silence installé, après avoir inscrit la date au tableau noir, le maître trace en grandes lettres rondes la morale du jour. Cette maxime accompagnera la classe toute la journée.
Les cahiers du jour sont ouverts et les encriers sont pleins. Chacun tire le couvercle de son plumier. Là, tapi derrière un morceau de gomme et un vieux clou, apparaît le porte-plume de bois rouge. Son extrémité est rongée témoignant de la laborieuse attention de son jeune propriétaire. Quant au monde des plumes, auxiliaires indispensables de cet outil capital, la star incontestable est la plume sergent-major.
Plus tard dans la matinée, le maître se lève en disant : « Sortez en récréation… et en silence ! ». Comment une phrase aussi simple pouvait engendrer autant d’enthousiasme ? On se précipite alors dehors, qu’il fasse beau ou qu’il pleuve, pour profiter de ce moment privilégié de liberté. C’est alors le règne des billes, des osselets, de la balle au mur, des cordes à sauter et autres élastiques.
Une fable correctement déclamée, un devoir frisant la perfection, une page d’écriture sans un pâté ou une table de multiplication sans hésitation et vous voilà récompensé d’un « bon point » : petit bout de carton simple ou décoré de saynètes éducatives ou de profils d’hommes célèbres.
C’était tout cela l’école du temps de l’encre violette et bien d’autres choses encore : des trains qui se croisaient, des baignoires qui se vidaient quelques années après la valse des bûchettes, et des dictées signées Ernest Pérochon, et le Lavisse, et ces devoirs faits le soir sur la toile cirée de la table de la cuisine après que maman y ait déployé le journal…
Le temps de l’école – de la Communale pour les anciens – habite un coin de notre tête avec les bons et mauvais souvenirs de l’enfance. En chacun de nous, elle a laissé pêle-mêle des émotions intimes qui nous remplissent de nostalgie.
Alain JACQUOT-BOILEAU

la classe en 1900.jpg
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Monique
 
Messages: 238
Enregistré le: 03 Nov 2014 19:09

Retourner vers Culture et traditions

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron