L’ Chapiau à la Mélie

L’ Chapiau à la Mélie

Messagepar Monique » 11 Nov 2014 06:57

20/03/2008 - Auteur : Bernadette MOY

Il y a quelques années, il était de coutume qu'à Pâques, les gentes dames étrennent leurs nouveaux atours et chapeau.
Mais tout cela est problématique pour la gente Mélie, car Alexandre n’est point d’accord ….


chapeau+jeune+femme.jpg


L’ CHAPIAU Á LA MÉLIE

Hubert GOUVERNEL
A TEMPS PERDU


Laut’ ceux séquant, j’vendais en fouée
Hout’ tronée au respect qu é j’vous doués.
En en serrant l’prix dans l’armouée
La Mélie a m’arrête d’un doué.
Comben qu’ t’en as fait d’ ta garelle ?
Cinquante écus parol’ d’honneur.
Mon poûr Léxand’ : qué t’es ficelle :
Tu m’enduis tout l’temps en areur.
Çà fait rin, j’sés pas inquerdule
Cinquante écus, çà fait queupart …
- Attends vouèr un peu, qué j’carqule -
Coum’ soixant’ quinz’ francs pour ma part.
Faura pas yi trouver à r’die
J’en veux la moquié mon cadet !
Dépis quioq’ temps j’groue enne envie
Aujord’huie, j’veux la contenter !
Çà m’avait foutu une sécousse.
Enne envie, à toune âg’, c’est biau !
Vieux berlud, cé pas qué j’sés grousse !
J’ai envie d’avouèr un chapiau !
Ya cament pu qu’ moué dans Sançarque
Qui s’couèffe encore enq’un bonnet,
T’entends don pas qu’tout l’temps on m’narque ?
Allons, fais dons pas l’atouné !
Tu sais p’têt’ pas qu’on n’en trouv’ que
Dès lingées au jor d’aujord’hui ?
Tout’ les fumell’ vont en coutue
Vou dans dès buriaux : parié oui !
Si ben qu’ quand j’veux sorti l’dimanche
Enq’mon bonner faut qu’j’en r’passe un ;
Au yeu qu’un chapiau, çà s’emmanche
Su l’cacouët en un tou dé main.
J’y dis : Acout’ ma poûr Mélie
J’en sés pas trop su ton chapiau,
Mais, j’voués ben long’ tu vas n’en m’nie
Dans quioq’temps, çà s’ra un mantiau,
Après, tu vouras un binocle
Pour té mette’ el’ nez en lunon,
Enn’ pandelouée anvec enn’broche,
Et su l’musiau, du senti bon ;
Pis, pour qué tu sey’ à la mode
Coum’ceux ch’ tit’ poufian’ dé Paris
Té faura queupart ben enn’ robe
Décalvôtré’ tant qu’au limbris ?
Si n’on s’peut êt’ aussi volage !
Et j’m’attends ben qu’un bon matin
Tu vas avué sorti d’la cage
Et pis m’laisser là coum un s’rin !
Ya pas avu plan d’la rabatte,
Ç’atait ancré dans son çarviau.
Tu peux ben tout m’die et pis m’batte,
J’veux un chapiau, j’veux un chapiau !
Faut bin qu’on vique anvec sa bête,
Çà l’a fait qu’pour avouèr la paix
J’dis : t’en âras un su la tête
L’ jor dé Pâqu’va , pus un huppé !
Ej’ déval’ don cheux la marchande,
- C’ télla qui d’meûr’ là, dret en d’sous -
A m’dit : quion qu’ vous faut maît’ Léxand’ ?
Un chapiau pour la « ceus’ d’ cheux nous »
A m’montèr enn’magné’ d’nid d’ouasse
Qu’a m’fasait j’cont’ quarante écus ;
C’ qu’a v’lé, cé qué j’la débarasse
Mais cé qu’j’en ai ben point volu ;
Yen avait un ch’tit en d’vanture
Qui r’semblait un nid d’acoula,
Cé vingt francs, sans lla garnitue,
Si v’en v’lé point laissez-lu là.
Et pis, coum’j’ai point d’temps à parde
Faura vous gégager d’choisi !
J’avais ben envi’ d’y di’ marde !
Hureus’ment qu’j’ai pu mé r’t éni.
A s’décid’ à m’ôvai sa bouète..
Més poûr mond’ queul’ méli-mélo,
Dés m’ries, d’l’avouèn’, du pain d’alouette,
Dés al’rons et dés plom’ dé jo !
Si v’avaient vu dans l’fond d’sa resse
Ç’até pis qué dams n’un salcoeur,
Dés voiyeaux crevés d’tout’ espèce
Qu’çà m’en arait ben fait l’ver l’cœur
J’y marchand’enn’ magné d’éparse :
Cent francs, c’âtait un coulibri !
J’créyais d’timber à la renvarse,
J l’té pas pu grous qu’un lobri !
Cé d’la marchandi’ chèr’ vendue
Comben qué l’diab’ v’en prennait don
Si j’fasais mett’ coum’ garnitue
Enn’ ouae, un jo, vou un dindon ?
J’ vous fornirai l’oiyeau c’té s’maine,
El lend’main, j’vas sans l’bouas d’Pougan
A l’affût et pis j’mé ramène
D’vinez enq’qui ? Un grous chavau !
Al têt p’têt’ ben ais’ la modisse.
Ah ! maît’ Léxand’ à la bonne heue,
J’vas t’y pan-ner çà en artisse,
J’crés qu’ la Mélie a s’ra hureue.
V’là paquoué qu’pour Pâqu’, à la messe,
Jâgniée au long du bénaiquier,
Si v’en voyez enn’ qui sé r’dresse
C’est ell’, vous pourez la r’luquer.
Anvec son chapiau su la tête
Çà va yaller - cé ben çartain,
Coum’ des gants à n’un bineux d’blettes
Et des mitain’ à un lapin,
J’sés chaud qu’faut qué j’gard’ la barraque
J’là vouérais pas, cré nom dé nom,
S’arbouler, poûr imbériaque,
Coume un mâcaud qui fait dans l’son.
On la r’gard’ra coum’ bêt’ curieue
Tout l’monde ens’ra ben atouné ;Mais çà fait rin ; a s’ra hureue
- Hureue d’pus avouèr un bonnet.
Mais moué, j’ai pas fini t’entende
A Sançarqu’ - queupart rin d’nouviau ?
Si dà, ya la femm’ à Léxandre
La Mélie, al’a pris l’chapiau ! !
Pis équès pour mé fé comprende
- En s’foutant d’moué, ben entendu -
Enqu’enne femme coum’çà, ç’ poûr Léxandre,
Il est ti ben brament pardu !



chapeau+passe+decoupee.jpg
chapeau+jeune+femme.jpg
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Monique
 
Messages: 238
Enregistré le: 03 Nov 2014 19:09

Retourner vers Culture et traditions

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron