Rapide histoire du Berry

Rapide histoire du Berry

Messagepar Monique » 16 Nov 2014 16:59

07/10/2008 - Auteur : Eric Pigeat

Cette petite histoire du Berry vous permettra de situer un peu mieux la Province dans l'histoire de France. Si vous avez des précisions ou des périodes à développer, le site est là pour publier vos textes...

Rapide histoire du Berry à travers des évènements clés

I : Epoque romaine :
Lorsque Jules César entreprend la conquête de la Gaule, ses légions se trouvent face aux peuples celtes, dont les Bituriges Cubi qui adhérent au soulèvement général dirigé par Vercingétorix.
Ce dernier qui a mis en place une stratégie de terre brûlée afin de contraindre les romains à se retirer par manque de ravitaillement, souhaite la destruction d' Avaricon (Bourges), la capitale des Bituriges Cubi.
Voici ce que dit Jules César dans "La guerre des Gaules" :
"César marcha sur Avaricum, la plus grande et la plus forte place des Bituriges, et située sur le territoire le plus fertile; il espérait que la prise de cette ville le rendrait maître de tout le pays." "On délibère dans l'assemblée générale s'il convient de brûler ou de défendre Avaricum. Les Bituriges se jettent aux pieds des autres Gaulois : "Qu'on ne les force pas à brûler de leurs mains la plus belle ville de presque toute la Gaule, le soutien et l'ornement de leur pays; ils la défendront facilement, disent-ils, vu sa position naturelle; car presque de toutes parts entourée d'une rivière et d'un marais, elle n'a qu'une avenue très étroite." Ils obtiennent leur demande; Vercingétorix, qui l'avait d'abord combattue, cède enfin à leurs prières et à la pitié générale. La défense de la place est confiée à des hommes choisis à cet effet."
En fait les romains s'emparent d'Avaricon, la détruisent et le ravitaillement qu'ils capturent les aide à poursuivre et gagner la guerre. Avaricon [d'Avaric, ville des eaux] devient Avaricum sous la période gallo-romaine et de nombreux monuments sont construits (théâtre, capitole, remparts...).

gaulecesarwikipedia.png


II : Moyen-Age :
Le Berry est évangélisé dès le IIIème siècle par Saint-Ursin dont le nom reste encore présent de nos jours dans certains toponymes. Le bas moyen âge reste assez flou et lié aux vicissitudes des invasions wisigothiques et normandes ainsi qu'a des épidémies et famines.
Il faut attendre la fin du XIIème sous Philippe Auguste pour voir Bourges se doter de nouveaux remparts et d'une grosse tour de 38 mètres de haut et de 24 de diamètre ayant pour fonction principale de se défendre des anglais installés en Aquitaine et qui viennent piller les campagnes berrichonnes.
C'est à cette époque en 1195 que l'évêque Eudes de Sully décide de la construction d'une grande cathédrale gothique. Cela donnera un chef d'oeuvre qui sans chauvinisme mériterait plus d'attention que celle qui lui est portée actuellement.

cathedrale.jpg


Le fils de Jean le Bon devient Duc de Berry au XIVème siècle, grand mécène il fait construire une Sainte-Chapelle sur le modèle de celle de Paris, un palais et on lui doit "les très riches heures du Duc de Berry" :
"Les Très Riches Heures du Duc de Berry" est un livre des heures. Il s'agissait, dans la plus pure tradition médiévale, d'une collection de textes qui incluaient calendriers, prières, psaumes et messes.
C'est une pièce absolument unique et merveilleuse, archétype véritable de l'Art Gothique. C'est une des premières fois dans l'histoire artistique que le calendrier sert de base à un ornement et à un raffinement aussi poussé dans les détails."

riches-heureswikipedia.jpg


III : Age d'or du Berry :
Dans les années 1400, le roi de France dont les terres sont réduites à la portion congrue se réfugie à Bourges. Son fils Louis XI naîtra même en Berry en 1423.
Très contesté dans sa légitimité même, Charles devient roi (1422) en pleine guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, compliquée d'une intervention militaire anglaise victorieuse depuis la bataille d'Azincourt (1415).
Chef de fait du parti Armagnacs, il avait été déshérité par son père Charles VI au traité de Troyes (1420), au profit du roi Henri V d'Angleterre puis du fils de ce dernier, Henri VI.
Replié au sud de la Loire, le « roi de Bourges », comme on le surnommait par dérision, voit sa légitimité et sa situation militaire s'arranger nettement grâce à l'intervention imprévue de Jeanne d'Arc.
Celle-ci délivre Orléans et conduit Charles, non sans réticences ou hésitations de sa part, à la cérémonie du sacre à Reims.

guerre100answikipedia.png


Autre personnage providentiel autour de Charles VII, Jacques Coeur : homme d'affaires, il envoie ses vaisseaux dans presque toutes les parties du monde alors connues, et acquière en peu de temps la fortune la plus considérable de l'Europe.
Il noue des relations commerciales avec les pays du Levant, l'Espagne, l'Italie, et établit des comptoirs à Avignon, Lyon, Limoges, Rouen, Paris et Bruges. Ses activités sont multiples (banque, change, mines, etc.).
Le destin de ce fils de pelletier berrichon, un self-made-man comme on dirait aujourd'hui, s’est joué en 1418, quand son mariage avec la petite-fille du maître de la monnaie de Bourges l’introduit à la cour du futur Charles VII.
Il parvient à gagner la protection de sa favorite Agnès Sorel et il devient le grand argentier du roi.
Jacques Cœur étant très jalousé pour sa grande fortune, ses ennemis et ses envieux parviennent à le perdre. Après la mort d'Agnès Sorel qui le protégeait, Charles oublie ses services et l'abandonne à l'avidité des courtisans, qui se partagent ses dépouilles. Accusé de crimes imaginaires, lavé d’une accusation d’empoisonnement, il est arrêté pour malversation en 1451, condamné à la prison, et ses biens sont confisqués ; un arrêt lui épargne la peine de mort, pour services rendus. Il s'évade en 1454, après 3 ans de prison et se sauve à Rome, le pape Calixte III lui donnant le commandement d'une partie de la flotte qu'il avait armée contre les Turcs. Jacques Cœur tombe malade pendant la campagne, et meurt dans l'île grecque de Chios, en 1456. Sa mémoire fut réhabilitée par Louis XI.

Agnès Sorel issue de petite noblesse devient pour la première fois dans l'histoire de France la maîtresse officielle du roi, à qui elle donnera d'ailleurs 3 filles.
Agnès Sorel exerce une grande puissance alors qu'elle est, comme Jacques Cœur, d'origine modeste ; une amitié va les lier, elle protège l'Argentier du roi, ce qui lui permettra de monter dans l'honorabilité et favorisera son commerce.
Certains auteurs ou romanciers feront d'une liaison entre Jacques Cœur et Agnès Sorel la clé des malheurs du grand Argentier.
Agnès Sorel aime venir en Berry, le roi lui a donné le fief d'Issoudun, et elle vient dans le château de Menetou Salon, propriété de Jacques Cœur. La légende affirme qu'elle vient se reposer dans le parc à l'ombre d'un grand chêne.
C'est à Bois-Sire-Amé, à 5 lieues au sud de Bourges, qu'elle rencontre aussi son amant de roi, dans un château appartenant à la fille de Jacques Cœur. Enfin, elle fréquente la couche de Charles VII dans le magnifique château de Mehun-sur-Yèvre.

Dernière figure de cette époque, Louis XI : Louis XI est l’homme qui a pacifié le royaume, avec son fidèle ami le roi René de Provence, mettant fin à la guerre de cent ans grâce des canons plus puissants, qui serviront ensuite à son fils Charles VIII en Italie, chassant les bandes de routiers du midi, disciplinant peu à peu les grands féodaux et signant en 1482 la paix d’Arras avec l’entreprenant bourguignon Charles le téméraire.

jacquescoeur.jpg


ANECDOTIQUE : Des berrichons aux origines écossaises...
Il y a presque six siècles, Charles VII remet la ville d'Aubigny-sur-Nère à Jean Stuart (1423), le plus prestigieux des Chefs de l'Armée Ecossaise qui lui permet de mettre un terme à la Guerre de Cent Ans.
Bérault et Robert Stuart, compagnons d'armes du chevalier Bayard, font construire les châteaux d'Aubigny et de la Verrerie. D'après la légende, les descendants de ces archers écossais auraient fait souche en Berry
et cela expliquerait les patronymes du genre BEDU (Bedew) ; TALIBEAU (Talbot) ; VILLAUDY (Viloughby)...

La puissance de Bourges et du Berry verra sa fin le 22 juillet 1487, jour funeste où un énorme incendie détruit plus de 2 000 maisons.

IV : Epoque moderne :
Les trois siècles suivants ne verront que peu d'événements marquants en Berry. Les guerres de religion apporteront bien entendu quelques dégâts, Sancerre étant une ville refuge protestante.
Louis XIV fait raser la grosse tour de Bourges en représailles envers Condé (Duc de Châteauroux et Comte de Sancerre) pour sa participation à la fronde.
La révolution de 1789 ne voit pas de révoltes sanguinaires et seulement 3 exécutions ont lieu à Bourges.

louisxi.jpg


V : Epoque contemporaine :
De très rural, le Berry va voir se développer au XIXème et XXème siècles une activité industrielle principalement dans les domaines des métaux et de la mécanique, ainsi que dans les filatures.
Sous Napoléon III, des établissements militaires sont installés à Bourges, la guerre de 14/18 donne à cette activité un essor très important.
Durant la seconde guerre mondiale, le Berry est coupé en deux par la ligne de démarcation juste en dessous de Bourges.

Notes :
Pour aller plus loin : Encyclopédie de Bourges en ligne de Roland Narboux. http://www.encyclopedie-bourges.com/
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Monique
 
Messages: 238
Enregistré le: 03 Nov 2014 19:09

Retourner vers Histoire du Berry

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron