Le maréchal d'Avord se marie, 1694

Le maréchal d'Avord se marie, 1694

Messagepar christine » 08 Nov 2014 21:47

Un petit contrat de mariage pour Eric.

Cpijat1.jpg


Furent présents Charles Pijat maréchal
demeurant en la paroisse d'Avord fils
de Louis Pijat jardinier et de
desfuncte Leonarde Turbat pour luy
d'une part, et Jeanne Drouet fille de desfunct Silvain
Drouet vivant marchand et de Jeanne Gauriat Ses père
et mère demeurante en la paroisse de Saint-Fleurant
d'autre part. Lesquelles parties certaines pourvues et bien
conseillées comme elles ont dit ont fait et passé
entre elles les accords et traité de mariage qui ensuivent
C'est à savoir le dit futur époux de l'autorité
vouloir et consentement de son dit père et par l'avis
et conseil d'Estiennette Gaultron femme dudit Louis
Pijat sa belle-mère, Marie Pijat femme de
Fiacre Benoist sa soeur, Martin Pijat son frère, Sire Claude
Lhomard Maître foltier en cette ville son cousin remué de
germain,
Tous ses parents et amis, a promis et promet prendre
à femme et épouse ladite Jeanne Drouet comme aussy
icelle Drouet de l'autorité vouloir et consentement
de ladite Jeanne Gauriat sa mère et de l'avis et
conseil de Gabriel Drouet marchand fermier son
frère consanguin, Françoise Delié femme dudit Gabriel Drouet
et soeur utérine de ladite future, Françoise Mériot

Cpijat2.jpg


femme de Jean Delabarde huissier, cousin germain de ladite future
Tous ses parens et amis a aussy promis et promet prendre
a mary et espoux ledit Charles Pijat , le tout si dieu (et)
nostre Mère la Saincte Eglize a ce consent et accorde
et sitost que par l'une des futures (parties) L'autre en sera
requise, le dit Mariage fait et sollemnizé
en face de Ste Eglize Seront les dits futurs
espoux uns et commungs en tous biens meubles +
pour laquelle Communauté acquérir de la part
de la dite future, la dite Jeanne Gauriat sa mère
a promis et s'est obligée par les présentes de donner en dot
de Mariage à la dite Jeanne Drouet sa fille
La somme de trois cents livres tournoiz et ce tant en prés
que terres dont elle faict dellaissement à sa dite fille
et suivant estimation qui en sera faitte par les parens
commungs des parties, ensemble la jouissance du pré qui sera
dellaissé eschu à St-Martin d'huict dernier, et outre
de la somme de vingt-cinq livres en meubles, le tout
payable à la vollonté desdits futurs, et
et de la part dudit futur sera conferé en la dite
Communauté la somme de deux cent livres que ledit

Cpijat3.jpg


Louis Pijat père dudit futur s'oblige de faire valloir
Savvoir la somme de cent dix livres pour ses droits
maternels, et [rature] lesquels ledit futur
recognoit avoir reçu auparavant les dites présentes dudit Louis Pijat
son père au dellaissement qu'il luy a fait d'une boutique
de maréchal, ustancils d'icelle, et quelques autres meubles
qui seront aussy estimés, et le surplus de la dite
somme+° s'oblige de la payer à la vollonté de ladite future.
Advenant le deceds dudit futur avant celluy deladite
future, icelle future aura choix et option de suivre
ladite communauté ou y renoncer pour quoy faire elle aura
le temps d'ardonnance à compter du jour qu'elle sera
dument certaine du deceds dudit futur pendant lequel temps
elle et sa famille vivront aux despens de la dite
Communauté sans préjudice à son eslection et quelque
eslection qu'elle face elle aura et gaignera de pur et
preciput adventages ses habits bagues et joyaux et les
habits linges et armes dudit futur avec son douaire
cy après déclaré, Lesquelles bagues seront de valleur
de quinze livres au choix de par ladite future de prendre
lesdites bagues qui se trouveront lors en nature ou ladite
somme, si au contraire ladite future décède auparavant
ledit futur sans enffans du présent mariage icelluy
futur ne sera tenu que de rendre aux héritiers deladite
future si sa dite mère n'est vivante tout ce qu'il aura
reçu d'elle ou à cause d'elle savvoir à l'esgard des
propres incontinant après et quant aux meubles six mois
après sans en payer intérêts, et ce toutesfois au choix dudit
futur de donner aux dits héritiers le droit de la communauté

Cpijat4.jpg


ou sinon de rendre ainsy que dit dessus tout ce qu'il aura reçu
d'elle ou à cause d'elle le tout à son choix et gaignera audit
cas ses habits linjes et armes, et les habits bagues et joyaux
de la dite future, le dit futur espoux a dhoué et dhoue
la dite future sans enffans de la somme de quinze livres et
avec enffans de la moitié, a prendre sur les dits biens dudit futur
et sans retour, et en du présent mariage
ledit Gabriel Drouet a déclaré qu'il ne prétend aucune chose
contre la succession dudit desfunct Silvain Drouet son père et en temps
que besoin est ou seroit en descharge ladite succession de toutes
les prétentions qu'il pourroit y avoir ++ [rature] Ainsy
bien faict et passé à Bourges en la
maison du dit Lhaumard après midy le treiziesme novembre
mil six cent quatre vingt quatorze en présence de Messire
Pierre Huet procureur au présidial de cette ville, et
François Ragueau présent demeurant à Bourges tesmoingz.
Les dits futurs espoux parent et amis sauf les soussignés
ont déclaré ne savoir signer de ce enquis.++ sans ou avec enffans.
+ et immeubles présents et advenir, approuvé les deux lignes
où quatre mots raturés au premier feuillet verso.
+° de deux cent livres déduction faite desdits boutique et ustancils
et meubles.


Auteur : Didier Rousseau 14/06/2008
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
christine
 
Messages: 57
Enregistré le: 30 Oct 2014 09:53

Re: Le maréchal d'Avord se marie, 1694

Messagepar christine » 08 Nov 2014 21:51

Posté par Eric le 14/06/2008

Merci beaucoup Didier pour cet acte (la première page si je comprends bien), donc les Pigeat maréchaux de la région d'Avord sont aussi de la lignée de Louis, super découverte.
Si tu as l'acte en taille normale, je suis preneur, en plus il a l'air lisible pour moi celui-là.
christine
 
Messages: 57
Enregistré le: 30 Oct 2014 09:53

Re: Le maréchal d'Avord se marie, 1694

Messagepar christine » 08 Nov 2014 21:52

Posté par Eric le 28/01/2009

Je viens enfin d'étudier un peu mieux ce contrat...
Malin le Louis tout de même il offre la boutique de maréchal qu'il avait déjà payé avec les droits maternels du fiston et en échange le fiston récupère des terres valant 300 livres...
Par ailleurs je me demande bien qui est ce sire LHOMARD, cousin remué de germain ?

J'ai oublié, c'est aussi un bon exercice pour réviser les notions de germain, consanguin et utérin...
christine
 
Messages: 57
Enregistré le: 30 Oct 2014 09:53


Retourner vers Les Pigeat

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron